UNIL
le savoir vivant
Vous êtes ici: UNIL > L'enseignement > Fiche de cours
Français | English   Imprimer   

Fiche de cours

Sociologie comparée des révolutions

Faculté de gestion: Faculté des sciences sociales et politiques (SSP)

Responsable(s): Mounia Bennani-Chraïbi, Olivier Fillieule
Intervenant(s): -

Période de validité: 2011 -> 2011

Pas d'horaire défini.

Travaux pratiques

Semestre de printemps
2 heures par semaine
28 heures par semestre

Langue(s) d'enseignement: français
Public: Oui
Crédits: 0

Objectif

L'intérêt de cet enseignement est de faire travailler des textes théoriques classiques sur des phénomènes politiques d'actualité.
Il vise, par ailleurs, à expérimenter une nouvelle formule de cours-séminaire en développement avec le CSE.
Les Travaux pratiques font partie des crédits liés au cours.
Parallèlement au cours (4 périodes), les étudiantEs travailleront hebdomadairement en petits groupes (2 périodes) sous la direction d'un assistant sur des textes académiques et des sources variées (statistiques, discours, caricatures, photos, médias, réseaux sociaux virtuels, etc.).
Parmi les compétences travaillées dans le cadre de l'enseignement, à noter : la lecture analytique de travaux théoriques, l'approche comparative, l'analyse de sources artistiques, médiatiques et virtuelles, les compétences rédactionnelles.
Les étudiantes qui s'inscrivent dans ce cours s'engagent donc à suivre un enseignement de 6 périodes par semaine pendant le semestre de printemps et à fournir un effort hebdomadaire continu.

Contenu

Si l'on a cherché longtemps à distinguer le phénomène révolutionnaire d'autres pratiques politiques (de l'émotion populaire au coup d'Etat) pour en établir les « lois » de développement, l'humeur est aujourd'hui, sous l'effet des révolutions iranienne (1978-1979), des guérillas d'Amérique latine et de l'effondrement du bloc de l'Est (1989-1991), à l'abandon de telles généralisations au profit d'approches attentives à l'épaisseur historique des phénomènes et à leur irréductible imprévisibilité. Ce faisant, les réifications et les fausses oppositions qui polluent l'analyse comparée (e.g. entre structure et agency, entre forces matérielles, idéologies et cultures, entre Etat et société civile, entre causes lointaines et évènements déclencheurs) peuvent être dépassées.
Les révoltes et les révolutions qui se sont produites en Afrique du Nord et au Moyen-Orient en 2011 incitent à rouvrir ce chantier sur les plans à la fois épistémologique et méthodologique. A partir d'un retour sur les événements de 2011, c'est en termes de processus que l'on offrira de penser les enchaînements causaux, processus par lesquels les actes individuels et les structures de l'action se mettent en place et se modifient au fur et à mesure de l'échange de coups. Cela nous amènera à tenter de reconstruire les voies par lesquelles se constituent progressivement des espaces de lutte, attentive à chaque étape à la manière dont, dans des contextes donnés, les acteurs élaborent des stratégies ou « font avec » en situation, et in fine contribuent à modifier leur environnement.
Dans un premier temps, les étudiantEs seront familiariséEs avec les grandes approches théoriques dans une perspective critique. Sur cette base nous proposerons des voies alternatives d'exploration à partir de certains acquis de la sociologie des mobilisations et d'une mise en relation des phénomènes révolutionnaires avec des formes de résistance et de protestation que l'on tend habituellement à penser séparément.

Evaluation

Le cours est validé par un contrôle continu, avec deux épreuves :
- lecture et présentation de textes
- rédaction individuelle en deux étapes d'une synthèse à partir d'un dossier

Canton de Vaud
Swiss University
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 692 11 11  -  Fax  +41 21 692 26 15