UNIL
le savoir vivant
Vous êtes ici: UNIL > L'enseignement > Fiche de cours
Français | English   Imprimer   

Fiche de cours

La période de généralisation du cinéma parlant (1926-1935): une approche historiographique

Faculté de gestion: Faculté des lettres

Responsable(s): Alain Boillat
Intervenant(s): -

Période de validité: 2012 -> 2012

Pas d'horaire défini.

Cours-Séminaire

Semestre d'automne
2 heures par semaine
28 heures par semestre

Langue(s) d'enseignement: français
Public: Oui
Crédits: 0

Contenu

Ce cours-séminaire entend aborder la transition du cinéma « muet » à l'institutionnalisation du parlant à travers l'étude d'un ensemble de textes d'historiens du cinéma d'époques et d'obédiences diverses (histoire économique, technologique, esthétique, etc.), et en tenant compte des discours contemporains de cette période (réception dans la presse, discours de différents acteurs du champ, théorisation du montage sonore selon Eisenstein, etc.). L'objectif est d'examiner ces discours en dégageant certains paradigmes d'écriture historiographique, notamment en les comparant entre eux et avec les films qu'ils identifient comme des jalons. La prise en compte des sons au cinéma constitue un cas d'école pour appréhender les implications méthodologiques de la « Nouvelle histoire ». Ainsi s'agira-t-il de nuancer certains lieux communs aujourd'hui dépassés, comme l'absence de sons dans la salle à l'époque « muette », le caractère subit de cette « révolution » qui serait née avec Le Chanteur de jazz, ou le recul esthétique qu'aurait imposé la technique dans les premières années du parlant. Ainsi s'intéressera-t-on également aux écrits qui se sont penchés sur les pratiques orales et sur l'utilisation de la technique phonographique au cinéma avant 1927. L'étude de ces textes conduira également à développer des outils d'analyse et de contextualisation de différents films de l'époque jugés importants en termes d'utilisation des sons, et de la voix (parlée et chantée) en particulier (The Broadway Melody, 1929 ; Sous les toits de Paris, 1930 ; M le maudit, 1931 ; Rapt, 1934 ; La Fiancée de Frankenstein, 1935 ; etc.). Un accent particulier sera mis sur deux figures qui ont incarné une forme de résistance à l'hégémonie du « 100% parlant », Charlie Chaplin aux USA et René Clair en France, ainsi que sur le phénomène des « versions multiples », solution utilisée de façon passagère pour pallier la perte de l'internationalisme du « muet ». L'étude proposée excède par conséquent largement la période 1926-1935, non seulement parce qu'il sera principalement question de recherches récentes, mais aussi parce que « l'avènement du parlant » sera également pensé en termes d'imaginaire, tel qu'il apparaît dans les écrits sur le cinéma mais aussi dans des films comme Singing in the Rain (1952) ou le récent The Artist (2011).
Les étudiants auront par ailleurs l'occasion d'approfondir leurs connaissances liées à la question du doublage au cinéma en assistant au colloque international « La voix et le texte d'un autre. Histoire et théorie des pratiques de traduction dans les medias audiovisuels » qui se tiendra à l'Université de Lausanne du 25 au 27 avril 2013.

Bibliographie



Quelques ouvrages de référence
(bibliographie complète distribuée durant le cours):

Alain Boillat, Du bonimenteur à la voix-over. Voix-attraction et voix-narration au cinéma, Lausanne, Antipodes, 2007.
Martin Barnier :
- En route vers le parlant. Histoire d'une évolution technologique, économique et esthétique du cinéma (1929-1934), Liège, Céfal, 2002.
- Des Films français made in Hollywood : les versions multiples 1929-1935, Paris, L'Harmattan, 2004.
Roger Icart, La Révolution du parlant, vue par la presse française, Perpignan, Institut Jean Vigo, 1988.
Giusy Pisano et Valérie Pozner (dir.), Le Muet a la parole : cinéma et performance à l'aube du XXe siècle, Paris, AFRHC, 2005.

Informations supplémentaires

http://www.unil.ch/cin/

Canton de Vaud
Swiss University
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 692 11 11  -  Fax  +41 21 692 26 15