UNIL
le savoir vivant
Vous êtes ici: UNIL > L'enseignement > Fiche de cours
Français | English   Imprimer   

Fiche de cours

Philosophie générale et systématique : Comment photographier les sculptures ? Wölfflin, Malraux, Benjamin

General philosophy and systematic: How to photograph scultpures ? Wölfflin, Malraux, Benjamin

Faculté de gestion: Faculté des lettres

Responsable(s): Carole Maigné
Intervenant(s): -

Période de validité: 2015 -> 2015

Pas d'horaire défini.

Séminaire

Semestre d'automne
2 heures par semaine
28 heures par semestre

Langue(s) d'enseignement: français
Public: Oui
Crédits: 0
Polycopiés: Oui

Contenu

Y a-t-il des conditions du voir qui définissent a priori la bonne image d'une sculpture ? Est-ce ainsi la possibilité d'échapper à la pollution visuelle des mauvaises images ? Wölfflin interroge son travail concret d'historien de l'art, car les mauvaises images gauchissent l'interprétation des oeuvres, ignorant l'effet visuel que ces oeuvres recherchaient. Contre l'idée fausse d'une reproduction photographique qui soit la restitution mécanique et exacte de l'oeuvre absente, Wölfflin insiste sur l'importance de l'angle de prise de vue, décisive quand il faut reproduire à plat le volume d'une sculpture, décisive quand il faut rendre sur l'image le mouvement réel de l'observateur se déplaçant autour de l'oeuvre. La question qu'il pose prend alors un relief théorique évident : comment fonder esthétiquement des conditions a priori du voir, comment fonder sa spatialisation ? L'image photographique peut-elle, doit-elle s'y conformer ? On ne s'étonnera pas que la dernière mouture de son texte (après celles de 1896 et 1897) coïncide avec ses Principes fondamentaux d'histoire de l'art parus en 1915. Nous confronterons les positions de Wölfflin au texte de Walter Benjamin, L'oeuvre d'art à l'ère de sa reproductibilité technique, en réfléchissant à ce que signifie la perte d'aura de l'oeuvre d'art reproduite face à une photographie qui se libère définitivement de son statut de servante des arts et des historiens d'art, mais aussi à André Malraux, dont l'ouvrage Les voies du silence, relisant le texte de Benjamin, assume les potentialités de la photographie (le détail, le gros plan...) pour créer un rapport anhistorique aux oeuvres, un musée imaginaire où il s'agit de rendre la pure « présence » de la sculpture mondiale dans un renoncement assumé à la notion même « d'oeuvre d'art ». C'est le fil rouge de la possibilité et de la nécessité (ou non) de constituer des concepts fondamentaux de l'esthétique qui guidera les analyses.

Evaluation

Présentation orale en séminaire suivie d'un travail écrit de 15 à 20 pages.

Bibliographie

Lectures préparatoires estivales !
H. Wölfflin, Comment photographier les sculptures ?, L'Harmattan, 2008.
W. Benjamin, L'oeuvre d'art à l'ère de sa reproductibilité technique (1939) in OEuvres III, Folio Essais.
A. Malraux, Les voies du silence (1951) Pléiade.

Informations supplémentaires

http://www.unil.ch/philo/

Canton de Vaud
Swiss University
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 692 11 11  -  Fax  +41 21 692 26 15