UNIL
le savoir vivant
Vous êtes ici: UNIL > L'enseignement > Fiche de cours
Français | English   Imprimer   

Fiche de cours

Philosophie générale et systématique : L'utopie

General philosophy and systematic : Utopia

Faculté de gestion: Faculté des lettres

Responsable(s): Carole Maigné
Intervenant(s): -

Période de validité: 2018 -> 2018

Pas d'horaire défini.

Cours

Semestre d'automne
2 heures par semaine
28 heures par semestre

Langue(s) d'enseignement: français
Public: Oui
Crédits: 0
Polycopiés: Oui

Objectif

- Comprendre ce que recouvrent les distinctions entre « réel » et « imaginaire », « réel » et « histoire », « utopie » et « illusion », « utopie » et « dystopie » ou « contre-utopie »
- Réfléchir au potentiel critique de l'imaginaire comme fiction
- Replacer ces distinctions au sein d'une riche tradition de débats philosophiques
- Réfléchir à ce que l'on dit être la crise des utopies de notre présent
- Savoir discuter de manière argumentée et critique les textes et les images qui alimenteront le cours

Contenu

L'utopie est à la fois ou-topos et eu-topos : un lieu de Nulle-part, souvent une île, et un lieu idéal, harmonieux. « Je suis heureux de voir aux Utopiens la forme de Constitution que je souhaiterais à tous les peuples » nous dit Thomas More à la fin de son Utopie (1516) qui lance un genre philosophique et littéraire qui va traverser l'histoire de la philosophie. L'utopie est évidemment dotée d'un potentiel critique et d'une espérance : le Nulle part fantasmé critique d'autant mieux le présent qu'il se place hors de l'histoire. L'utopie est ainsi u-chronie, un hors-temps qui discute ce qui est, ce qui se veut évident, une évidence parfois résignée, pour inventer un horizon heureux en pariant sur la perfectibilité de l'homme et du cours des choses. Elle réfléchit à la constitution du régime politique parfait, à l'Etat idéal. L'utopie est donc au croisement d'une réflexion sur l'imaginaire, l'histoire et le politique : en quel sens ce qui est fictif et irréel peut-il vraiment s'articuler à ce qui est afin d'avoir un effet, afin de produire du nouveau ? Le potentiel critique de l'utopie ne risque-t-il pas de se convertir en son envers : une forme d'irréalisme, voire un projet totalitaire, ce que dystopie et contre-utopie ont pensé ?

Evaluation

BA 2013 : Examen écrit durant la session de janvier. L'examen portera à la fois sur ce cours et la matière du TP accompagnant.

Bibliographie

Texte à étudier au long du cours : Thomas More, L'utopie (GF, trad. M. Delcourt, 1987)

Informations supplémentaires

http://www.unil.ch/philo/

Canton de Vaud
Swiss University
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 692 11 11  -  Fax  +41 21 692 26 15