UNIL
le savoir vivant
Vous êtes ici: UNIL > L'enseignement > Fiche de cours
Français | English   Imprimer   

Fiche de cours

Philosophie moderne et contemporaine: La réception du stoïcisme dans la philosophie moderne

Modern and contemporary philosophy : The reception of Stoicism in modern philosophy

Faculté de gestion: Faculté des lettres

Responsable(s): Christian Maurer
Intervenant(s): -

Période de validité: 2018 -> 2018

Pas d'horaire défini.

Séminaire

Semestre d'automne
2 heures par semaine
28 heures par semestre

Langue(s) d'enseignement: français
Public: Oui
Crédits: 0

Contenu

Les stoïciens sont particulièrement fameux pour certaines de leurs doctrines morales. Selon eux, par exemple, la vertu consiste à « suivre notre nature » ; la vertu est le seul bien véritable (tandis que les richesses, notre santé ou notre liberté politique ne sont en réalité que des choses indifférentes) ; et la vertu est « en notre pouvoir », quelles que soient les circonstances extérieures. Pour les stoïciens, nos passions sont à éradiquer - y compris la compassion, passion chrétienne par excellence, qui selon les stoïciens ne fait que nous rattacher émotionnellement à un monde extérieur incertain. Enfin, le Sage stoïcien peut être heureux même s'il est torturé.
Ces doctrines ont été discutées de manière controversée dès l'antiquité, comme le témoignent par exemple les écrits magnifiques de Cicéron et de Plutarque. Dans ce séminaire, nous nous concentrerons sur des réactions choisies à l'époque moderne, qui sont souvent profondément marquées par des débats théologiques. Ainsi, les stoïciens vont occuper des rôles très différents : certains modernes les décrient comme des philosophes séducteurs et orgueilleux (surtout Sénèque), alors que d'autres en font des proto-chrétiens vertueux avec une morale naturelle profonde (surtout Marc Aurèle et Épictète). Aussi, certaines doctrines stoïciennes sont adoptées ou adaptées, d'autres rejetées par différents penseurs modernes.

Nous allons commencer ce séminaire en discutant une « introduction » à la philosophie morale stoïcienne, écrite par le philosophe anglais et pro-stoïcien Shaftesbury, intitulée Pathologia -Théorie des passions. Après une lecture de quelques extraits de Cicéron, nous allons comparer la présentation de Shaftesbury à l'Entretien avec M. de Saci par Blaise Pascal. Cela nous donnera deux visions très différentes des stoïciens. Ayant saisi les grands enjeux de la réception des stoïciens à l'époque moderne, et ayant vu certains rôles qu'on leur attribue, nous discuterons des extraits de textes tant d'auteurs plus connus, que d'auteurs dits « mineurs » : Juste Lipse (souvent nommé le premier néo-stoïcien, avec son traité De constantia), Blaise Pascal, Descartes avec ses Lettres à Elisabeth, James Dundas, Jean-Alphonse Turrettini, Francis Hutcheson, Adam Smith, Denis Diderot, et d'autres. En ce qui concerne le choix des textes définitifs, je resterai ouvert aux intérêts et aux propositions des étudiants.

Evaluation

Présentation orale et travail de séminaire; contributions régulières aux discussions des textes

Bibliographie

En guise d'introduction, je vous conseille de jeter un coup d'oeil dans les oeuvres de Cicéron (De finibus III, Tusculanæ disputationes IV, De officiis). Comme littérature secondaire, je vous conseillerai de consulter les oeuvres suivants : - Christopher Brooke : Philosophic Pride. Stoicism and Political Thought from Lipsius to Rousseau. Princeton : Princeton University Press, 2012. - Jacqueline Lagrée : Le néostoïcisme. Paris : Vrin, 2010. - John Sellars (éd.) : The Routledge Handbook of the Stoic Tradition. London, New York : Routledge, 2016.

Informations supplémentaires

http://www.unil.ch/philo/

Canton de Vaud
Swiss University
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 692 11 11  -  Fax  +41 21 692 26 15