UNIL
le savoir vivant
Vous êtes ici: UNIL > L'enseignement > Fiche de cours
Français | English   Imprimer   

Fiche de cours

Romans médiévaux au siècle des Lumières

Medieval novels in the age of Enlightenment

Faculté de gestion: Faculté des lettres

Responsable(s): François Rosset, Barbara Wahlen
Intervenant(s): -

Période de validité: 2018 -> 2018

Pas d'horaire défini.

Cours-Séminaire

Semestre d'automne
2 heures par semaine
28 heures par semestre

Langue(s) d'enseignement: français
Public: Oui
Crédits: 0

Contenu

Romans médiévaux au temps des Lumières

L'opposition entre l'obscurité du Moyen âge et la clarté du Siècle des Lumières appartient à la panoplie des idées reçues qui structurent les exposés les plus convenus en histoire des idées. Et il est de fait que les ténors du XVIIIe siècle européen ont évoqué le temps de la féodalité et de la chevalerie le plus souvent sous le mode du mépris ou du sarcasme quand ils ne les ont pas simplement ignorés. On ne trouve même pas d'article « Moyen âge » dans l'Encyclopédie, ni même dans le Dictionnaire de Trévoux des jésuites. Les certitudes d'une époque sentant l'humanité enfin parvenue à sa maturité après des siècles de naïveté et de dépendance sous la tutelle des princes et du clergé sont difficilement discutables, mais on observe que le champ de la littérature laisse s'épanouir dans le même temps toute une série de modèles qui semblent contredire l'idéal postulé de rationalité : merveilleux des contes, fantastique du roman noir, spéculations ésotériques, envolées des voyages dans des mondes imaginaires, épanchements incontrôlés du rêve et autres expressions de l'imagination humaine qui est perçue avec autant de méfiance que de fascination comme l'envers de la raison. Attraction pour un nouvel interdit ou retour du refoulé ?
C'est en tout cas dans ce contexte que l'univers des romans de chevalerie et du merveilleux médiéval, avec sa démesure et ses excès, son parti-pris d'invraisemblance, sa soumission à des forces suprêmement agissantes, mais impénétrables, trouve un nouvel espace de résonnance. Il occupe d'abord le territoire méprisé de la littérature populaire (almanachs, Bibliothèque bleue, feuilles diverses) avant de s'inviter dans des publications en série adressées à un public de plus haut rang (des Amusemens des dames à la Bibliothèque universelle des romans), tandis que dans les cercles savants, plus d'un docte s'engage à revisiter un passé longtemps négligé à la lumière des premiers instruments d'une philologie in statu nascendi. Le Moyen âge, à travers sa littérature, dévoile à nouveau des attraits qui satisfont à la fois les besoins d'évasion et la curiosité des savants, sans que soient périmées les perspectives réflexives que Cervantes avait ouvertes, un siècle plus tôt, sur fond de roman de chevalerie. Comment cette littérature est-elle nouvellement transmise ? quelles transformations subit-elle ? comment est-elle lue et jugée ? quelles idées philosophiques et esthétiques lui fait-on porter ? L'approche du corpus médiéval tel que se l'approprie le siècle des Lumières permet de développer des observations qui relèvent à la fois de l'histoire des idées, de l'histoire de la littérature et de la pensée du littéraire dans plusieurs de ses dimensions essentielles : textualité, réception, valorisation, fictionalité.


Le corpus de travail, constitué principalement d'oeuvres accessibles en ligne, sera détaillé sur la page moodle de cet enseignement; clef d'accès: "Lumières".

Evaluation


La validation de l'enseignement passe soit par la réalisation d'une présentation orale ou d'un travail écrit, soit par l'examen écrit du MA en Français moderne ou médiéval.
Dans la cas de la présentation orale, il s'agira d'exposer le résultat d'une recherche originale sur un sujet donné; la présentation sera accompagnée d'un dossier écrit contenant: l'énoncé de la problématique, le plan de l'exposé, une synthèse de 2-3 pages, une bibliographie. Si la présentation orale est jugée insuffisante, un complément écrit sera exigé.
Dans le cas des travaux écrits, il s'agira de remettre une étude élaborée (entre 30 000 et 40 000 signes) sur un sujet donné. Le travail comprenant un plan, une introduction, un développement en plusieurs parties, une conclusion et une bibliographie (éventuellement des annexes) doit être remis au plus tard avant le début du semestre qui suit celui de l'enseignement. En outre, le projet du travail fera l'objet d'une présentation orale d'une vingtaine de minutes lors d'une des dernières séances du semestre. Si le travail écrit est jugé insuffisant, une seule remédiation est possible, qui doit tenir compte des remarques des enseignants. Si la seconde version rédigée est toujours considérée comme insuffisante, l'attestation ne sera pas délivrée.
Les étudiants ayant pris cet enseignement comme élément de leur programme à options ont par ailleurs la possibilité de passer un examen oral. Dans ce cas, un travail de validation n'est pas exigé. Il faut en revanche que l'étudiant constitue un dossier d'examen, comprenant une présentation écrite d'une problématique ainsi qu'un corpus d'extraits de textes.
Les mêmes exigences concernent les étudiants qui choisissent de passer leur examen écrit du MA sur cet enseignement

Bibliographie

Une bibliographie est disponible sur la page moodle de l'enseignement; clef d'accès: "Lumières".

Exigences du cursus d'études

Latin selon règlement de la Faculté

Informations supplémentaires

http://www.unil.ch/fra/

Canton de Vaud
Swiss University
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 692 11 11  -  Fax  +41 21 692 26 15