UNIL
le savoir vivant
Vous êtes ici: UNIL > L'enseignement > Fiche de cours
Français | English   Imprimer   

Fiche de cours

Le féminin en français : pré-histoire d'un « genre grammatical »

The feminine in French: pre-history of a "grammatical gender"

Faculté de gestion: Faculté des lettres

Responsable(s): Antoine Viredaz, Rudolf Wachter
Intervenant(s): -

Période de validité: 2018 -> 2018

Pas d'horaire défini.

Cours-Séminaire

Semestre de printemps
2 heures par semaine
28 heures par semestre

Langue(s) d'enseignement: français
Public: Oui
Crédits: 4.00

Objectif

Au terme de cet enseignement, les participantes et participants sont en mesure :
- d'identifier les arguments qui, dans les discours politiques et médiatiques sur l'usage du féminin en français, relèvent de la linguistique historique ;
- de confronter ces arguments aux connaissances scientifiques actuelles sur le système des genres grammaticaux en français moderne et dans les états de langue qui l'ont précédé (proto-roman, latin, proto-indo-européen) ;
- de mettre en évidence l'arrière-plan théorique et idéologique de ces arguments.

Contenu

Depuis les années 1980 environ, plusieurs questions linguistiques liées à l'emploi de formes féminines en français ont fait l'objet de débats politiques et médiatiques intenses. Ceux-ci ont trouvé leur expression la plus vive en France, mais ont également suscité des réactions dans d'autres pays utilisant le français comme langue officielle. Parmi les sujets les plus commentés, on peut citer : la formation de noms féminins de métiers, fonction, titres et grades (p. ex. sapeuse-pompière en face de sapeur-pompier, rectrice en face de recteur, docteure en face de docteur, etc.) ; l'emploi de règles d'écriture dites inclusives (p. ex. préférence accordée aux formes épicènes, emploi si nécessaire du point médian) ; la forme des adjectifs accordés simultanément avec des noms masculins et féminins (« les pieds et la tête nue » ou « les pieds et la tête nus » ?).
Ces trois questions sont autant de terrains sur lesquels se sont affrontés les partisans de deux camps, que l'on peut appeler respectivement « conservateur » et « libéral ». Les premiers s'opposent à des formations de noms jugées néologiques ; reprochent à l'écriture inclusive une certaine lourdeur ; refusent de renoncer à la règle d'accord de l'adjectif au masculin pluriel. Les seconds sont favorables à la dérivation de noms féminins selon certaines règles morphologiques ; prônent l'emploi d'une écriture inclusive basée sur des principes non seulement orthographiques (p. ex. point médian), mais aussi morphologiques (formes épicènes) et syntaxiques ; proposent le retour à l'accord dit de proximité (« les pieds et la tête nue »).
Dans un camp comme dans l'autre, on recourt à des arguments reposant en partie sur des considérations historiques. Certains allèguent ainsi l'état de la langue antérieurement aux réformes et codifications proposées par les grammairiens du Grand siècle et après eux par l'Académie française. D'autres se réfèrent à l'évolution du système des genres grammaticaux qui, du latin au français moderne, est passé d'un état à trois classes (masculin, féminin, neutre) à un état à deux classes (masculin, féminin).
Le but de ce séminaire est, d'une part, d'identifier les arguments qui, dans les discours « conservateurs » et « libéraux » sur la langue, relèvent de la linguistique historique ; d'autre part, de confronter ces arguments à l'état des connaissances scientifiques relatives au système des genres en français moderne et dans les états de langue qui l'ont précédé. Cette approche permettra d'évaluer la pertinence de plusieurs arguments historiques avancés dans les discours politiques et médiatiques sur l'usage du féminin en français.
Les cinq premières séances viseront à proposer un aperçu de l'évolution du système des genres grammaticaux du proto-indo-européen au français moderne. La suite du semestre sera consacré à des exposés portant sur les thèmes de la formation des noms féminins en français, aux règles d'écriture inclusive et aux règles d'accord de l'adjectif. Les personnes présentant des exposés seront amenées à mettre en évidence les orientations théoriques et idéologiques propres aux discours « libéraux » et « conservateurs » sur ces questions.

Plan des séances:
1. Introduction générale - 19 février
2. Le féminin et le Grand siècle - 26 février
3. Le système des genres en proto-roman - 5 mars
4. Le système des genres en latin - 12 mars
5. Le système des genres en proto-indo-européen - 19 mars
6. La formation des noms féminins de métiers, fonctions, grades et titres en français : approche théorique - 26 mars
7. Les arguments de l'Académie française contre la formation de noms féminins : arrière-plan théorique et idéologique - 2 avril
8. Pratiques de l'écriture dite inclusive : aspects morphologiques, orthographiques et stylistiques - 9 avril
9. Qui exclut-on par l'écriture ? : les arguments avancés contre l'écriture inclusive - 16 avril
10. Conférence de Pascal Gygax (Unifr) - 30 avril
11. Aspects théoriques et idéologiques du débat sur la règle de l'accord au masculin pluriel - 7 mai
12. L'accord de l'adjectif au pluriel : approche historique - 14 mai
13. Réserve - 21 mai
14. Synthèse - 28 mai

Evaluation

Validation orale.

Bibliographie

AYRES-BENNET, W. ; SEIJIDO, M. - Remarques et observations sur la langue française : histoire et évolution d'un genre. Paris : Classiques Garnier, 2011.
CANDEA, M. ; VIENNOT, E. - L'Académie contre la langue française : le dossier « féminisation ». Donnemarie-Dontilly : IXe, 2016.
CERQUIGLINI, B. - Le ministre est enceinte : ou la grande querelle de la féminisation. Paris : Seuil, 2018.
DUMAIS, H. - « De la féminisation des titres à la rédaction épicène : regards croisés sur la parité linguistique ». Recherches féministes 21 (1) 2018 : 171-182.
GREVISSE, M. ; GOOSE, A. - Le bon usage : grammaire française. Bruxelles : De Boeck, 2001 (1936).
LEUMANN, M. - Lateinische Laut- und Formenlehre. München : Beck, 1977.
LOPORCARO, M. - Gender from Latin to Romance : history, geography, typology. Oxford : Oxford University Pr., 2018.
LURAGHI, S. - Introduzione alla linguistica storica. Roma : Carocci, 2006.
VIENNOT, E. - Non, le masculin ne l'emporte pas sur le féminin : petite histoire des résistances de la langue française. Donnemarie-Dontilly : IXe, 2017.
WEISS, M. - Outline of the historical and comparative grammar of Latin. Ann Arbor : Beech Stave Pr., 2011.

Exigences du cursus d'études

Latin ou grec selon règlement de la faculté.

Informations supplémentaires

http://www.unil.ch/sli

Canton de Vaud
Swiss University
Unicentre  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 692 11 11  -  Fax  +41 21 692 26 15