UNIL
Vous êtes ici: UNIL > L'enseignement > Fiche de cours
Français | English   Imprimer   

Fiche de cours

Histoire contemporaine. Le 'progrès' technique à l'épreuve du risque : les cas de l'automobile et de l'électricité en Suisse à la Belle Epoque (1870-1914)

Late Modern History. Technical 'progress' at the test of risk: the cases of the automobile and electricity in Switzerland during the Belle Epoque (1870-1914)

Faculté de gestion: Faculté des lettres

Responsable(s): Cédric Humair
Intervenant(s): -

Période de validité: 2022 -> 2022

Pas d'horaire défini.

Cours-Séminaire

Semestre d'automne
4 heures par semaine
56 heures par semestre

Langue(s) d'enseignement: français
Public: Oui
Crédits: 0

Objectif

 

 

Les étudiant-e-s auront pour objectif d'analyser un objet historique sur la base d'une recherche documentaire. Si la littérature secondaire ne sera pas négligée, l'essentiel de l'information sera mobilisé dans des sources (documents d'époque). La recherche sera menée en étroite collaboration avec un projet impliquant la Section d'histoire de l'UNIL et l'Ecole polytechnique fédérale sur la question des brevets d'invention et leur rôle dans la gestion du risque. Les étudiants et étudiantes auront ainsi l'occasion de contribuer à une recherche fondamentale en histoire. D'un point de vue méthodologique, cet enseignement est particulièrement utile aux étudiant-e-s qui se destinent à un mémoire de master en histoire. Les futurs enseignant-e-s y trouveront une expérience pratique de recherche documentaire utile à la construction de cours.

 

 

 

Contenu

Contenu thématique

 

 

 

Les débats autour des innovations techniques et de leurs conséquences ne sont pas un phénomène social nouveau. Les premiers vaccins, les rayons X, le télégraphe ou l'énergie nucléaire ont suscité à leur époque les fantasmes les plus fous, comme le font aujourd'hui la génétique, l'informatique et les nanotechnologies. Certains y voient la promesse d'un futur paradisiaque pour l'humanité, alors que d'autres projettent un avenir beaucoup plus sombre et parfois apocalyptique. Depuis la fin des années 1980, la notion de risque est devenue centrale dans les débats. Les avancées de la science et la diffusion de nouvelles techniques ont en effet généré des menaces majeures : risque de déflagration nucléaire, risque de contamination chimique, risque climatique, risque de contrôle totalitaire de l'individu, et la liste pourrait être allongée. En conséquence, la question de la gestion du risque technologique est devenue un enjeu social fondamental. Doit-on anticiper les risques ou se contenter de trouver des parades pour les maîtriser après leur apparition ? Faut-il contrôler l'innovation ou faire confiance aux chercheurs et à l'économie? Qui doit réguler, avec quelles priorités et selon quelles valeurs ? Les réponses à ces questions sous-tendent d'énormes enjeux humains, sociaux, économiques et environnementaux.

 

 

 

Le séminaire se propose d'examiner cette problématique au tournant des 19e et 20e siècles, au moment où l'idéologie du positivisme et sa foi sans limite dans le «progrès» technique sont remis en question par des discours technophobes et antimodernistes. Deux technologies font alors leur apparition, incontournables aujourd'hui : l'automobile et l'électricité. A l'époque elles provoquent pourtant de violents débats dans l'opinion publique. Si la «fée électricité» émerveille par son pouvoir d'illumination et de traction, elle est aussi la cause d'électrocutions, d'incendies et de catastrophes. Si la vitesse de l'automobile fascine certains, la poussière et les accidents qu'elle occasionne génèrent une véritable autophobie dans une partie importante de la population. Par ailleurs, la supériorité des deux innovations en regard d'autres énergies et moyens de transport est largement contestée. Pourquoi ces technologies se sont-elles imposées en dépit des risques multiples qu'elles comportaient ? L'horizon d'attentes construit à l'époque a-t-il minimisé leurs dangers ? L'importance accordée à la question du risque était-elle moindre ? Faisait-on confiance à l'évolution technique pour résoudre ce problème ? Quelles solutions a-t-on adopté pour rendre le risque socialement acceptable ? Le séminaire a pour objectif de répondre à ces questions en mobilisant des documents d'époque.

 

 

 

Contenu pédagogique

 

Lectures, discussions d'articles et d'ouvrages, cours et conférences en lien avec la thématique

 

Recherche et constitution d'un dossiers de sources

 

Elaboration d'un texte de synthèse des résultats

 

Présentation orale des dossiers 

Evaluation

Evaluation mixte basée sur trois éléments :
- qualité de la recherche documentaire (dossier de sources)
- qualité de l'analyse des documents (texte de synthèse)
- capacité de communication (présentation orale)
Plus de détails seront fournis en début de semestre

Bibliographie

BELTRAN Alain et CARRE Patrice-Alexandre, La vie électrique: histoire et imaginaire (XVIIIe-XXIe siècle), Paris : Belin, 2016, 398 p.
FLONNEAU Mathieu (dir.), Automobile: les cartes du désamour : généalogies de l'anti-automobilisme, Paris : Descartes & Cie, 2009, 220 p.
FRESSOZ Jean-Baptiste, L'apocalypse joyeuse: une histoire du risque technologique, Paris : Seuil, 2012, 312 p.
HUMAIR Cédric, « L'évolution technologique : un progrès social ? Les doutes de la Belle Epoque », in HUMAIR Cédric et JOST Hans Ulrich (dir.), Prométhée déchaîné: technologies, culture et société helvétiques à la Belle Époque, Lausanne : Antipodes, 2008 (coll. Les Annuelles ; no 11), p. 105 128.
JARRIGE François, Technocritiques: du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris : La Découverte, 2014, 419 p.
MERKI Christoph Maria, Der holprige Siegeszug des Automobils, 1895 - 1930: zur Motorisierung des Strassenverkehrs in Frankreich, Deutschland und der Schweiz, Wien, Köln, Weimar : Böhlau, 2002, 468 p.
SAVOY Monique, Lumières sur la ville: introduction et promotion de l'électricité en Suisse, l'éclairage lausannois, 1881-1921, Lausanne : Section d'histoire Université de Lausanne, 1987, 108 p (coll. Histoire et société contemporaines ; no 8).

Exigences du cursus d'études

Cf. Règlements de la Faculté des Lettres.

Unicentre - CH-1015 Lausanne - Suisse
Tél. +41 21 692 11 11
Canton de Vaud
Swiss University