UNIL
le savoir vivant
Vous êtes ici: UNIL > L'enseignement > Choisissez la faculté > Faculté des lettres > Structure des cours
Français | English   Imprimer   

Faculté des lettres

Votre sélection

MA en Humanités Numériques, programme commun 'Cultures, sociétés et humanités numériques'
BA - Histoire, propédeutique (2019 ->)
MA en Humanités Numériques, Sciences sociales
BA - Etudes slaves, propédeutique (2013 ->)

Structure des cours

Format PDF Version PDF

 

Maîtrise universitaire en humanités numériques (Dès 2016A) (2016 ->)

Grade :Maîtrise universitaire en humanités numériques
Exigences du cursus d'études :La Maîtrise universitaire en humanités numériques Lettres (120 crédits ECTS) comprend deux programmes de 60 crédits ECTS: un programme commun en "cultures, sociétés et humanités numériques" (60 crédits ECTS) et un programme correspondant à une discipline choisie parmi celles proposées par les trois facultés partenaires, composée d'une partie d'enseignements (30 crédits ECTS) et d'un mémoire de Master (30 crédits ECTS).
  • Maîtrise universitaire en humanités numériques - M29023 - Obligatoire - Crédits: 120.00

    Niveau : Maîtrise
    Description : Dans tout le document :



    Les crédits indiqués sont des crédits ECTS.


    Les crédits pris en compte pour le calcul de la réussite sont les crédits sur évaluations. Les crédits sur enseignements sont proposés à titre informatif, dans le but d'indiquer la répartition de la charge de travail relative à chacun des enseignements prévus au programme.


    Les enseignements et évaluations sont regroupés dans des ensembles appelés parties, sous-parties, modules et sous-modules. En fonction de sa structure, un plan d'études peut comporter quatre, trois ou que deux niveaux.



    Coordinateur: Yann Dahhaoui (coordination-ma-hn@unil.ch)



    Présentation du programme


    Ce programme de Master, commun à tous les étudiants du Master, innovant en ce qu'il regroupe des méthodologies issues à la fois des sciences humaines et des sciences sociales et politiques, porte sur deux champs d'étude qui y sont envisagés de manière complémentaire : les humanités numériques, qui se définissent par les transformations que les technologies de l'information induisent sur le plan des outils et des méthodes convoquées par les disciplines enseignées à l'université, notamment à travers la constitution de bases de données informatisées, l'analyse informatisée de grands corpus (distant reading) ou la visualisation et la diffusion des résultats de la recherche ; l'étude des cultures numériques, qui prend quant à elle pour objet les usages des technologies numériques dans les pratiques médiatiques contemporaines (Internet, jeux vidéo, cinéma, télévision, photographie, etc.) en optant pour des méthodes d'analyse qui s'inscrivent majoritairement dans une continuité avec diverses traditions (inter) disciplinaires des sciences humaines et sociales (sémiologie, esthétique, histoire, sociologie, etc.). Un tel découpage du champ d'étude constitue une proposition originale de formation généraliste et flexible permettant aux étudiants d'acquérir des connaissances de base en fonction de ces deux perspectives complémentaires, et de mettre l'accent sur celle qui présente le plus de pertinence au vu du cursus qu'ils entendent construire, en particulier en lien avec leur sujet de mémoire.


    Proposé conjointement par les Facultés de lettres, des sciences sociales et politiques (SSP) et de théologie et des sciences des religions (FTSR), ce programme à 60 crédits qui s'inscrit au sein d'une formation Master disciplinaire ou thématique à 120 crédits offre aux étudiants un cadre théorique et méthodologique issu des sciences humaines et sociales leur permettant de porter un regard informé et critique sur le monde des technologies numériques et sur leurs usages, que cela soit dans le domaine de la recherche académique ou dans la société en général, ainsi qu'un savoir-faire leur permettant de devenir acteurs de la culture numérique. Par-delà la diversité des objets étudiés, l'étudiant acquiert dans ce programme des notions et des méthodes indispensables à la conceptualisation des implications de la technologie numérique. La convergence d'approches plurielles proposée par cette formation interdisciplinaire favorise en effet, en interaction avec le cursus disciplinaire (Lettres) ou thématique (SSP, FTSR) de l'étudiant, l'élaboration personnelle d'un cadre d'intelligibilité permettant de réfléchir sur le sens et les effets d'opérations technologiques qui, jamais neutres, soulèvent des enjeux culturels, philosophiques, sociétaux, économiques et politiques.


    Ouvert sans mise à niveau à tous les étudiants ayant obtenu un Bachelor dans l'une des disciplines proposées par les trois Facultés du programme et susceptible d'être poursuivi au niveau Master dans ce cursus, ce programme vise à offrir des connaissances pratiques, herméneutiques et épistémologiques relatives à la conception, au fonctionnement et aux usages des techniques numériques. Au niveau pratique, il s'agit prioritairement de familiariser l'étudiant aux principes de la conception et du développement de logiciels - en particulier dans une perspective d'application aux problématiques et objets de sciences humaines et sociales - afin qu'il en ait une maîtrise suffisante pour pouvoir dialoguer avec des professionnels (ingénieurs, développeurs, éditeurs, webmasters, graphistes, etc.). Grâce à des enseignements à choix, ce Master leur offrira également la possibilité d'acquérir des compétences en informatique selon les besoins résultant des objets étudiés dans les cours.


    Certains enseignements de ce programme pourront être choisis parmi l'offre de cours du Master of Enginering in Digital Humanities de l'EPFL, et réciproquement ; il s'agira principalement de cours figurant dans le programme libre ou, pour les étudiants ayant une formation de niveau bachelor en informatique pour les sciences humaines, de cours plus approfondis venant remplacer certains enseignements du module MA-INTERFAC-CSHN-10. La gestion de ces échanges réciproques et l'établissement d'éventuels prérequis incombent à la commission DH UNIL-EPFL, en collaboration avec les groupes de coordination respectifs des deux Masters. À terme, il est prévu de développer, au niveau de ces Masters DH, des cours communs entre l'UNIL et l'EPFL afin de favoriser, dans une perspective interdisciplinaire, le dialogue entre ingénieurs et spécialistes des sciences humaines et sociales. Selon les cas, cette collaboration peut aussi s'effectuer dans le cadre du mémoire de Master, notamment sous la forme d'une codirection assumée par un enseignant de l'EPFL (et inversement).


    Aux savoir-faire pratiques s'ajoutent l'acquisition d'aptitudes herméneutiques visant à interpréter les enjeux culturels, sociaux et politiques soulevés par certaines configurations de l'outillage numérique. En effet, la fréquentation quotidienne de la machine informatique confère à cette dernière un caractère d'évidence qu'il est nécessaire de dépasser en examinant les logiques qui sont au principe de sa structuration et de son opérativité. Il s'agit d'ouvrir et de décoder les « boîtes noires » de la technologie pour en révéler les mécanismes spécifiques, pour les dépouiller de leur opacité afin de les réinscrire dans l'horizon des transformations culturelles, sociales et politiques du présent, c'est-à-dire de rendre l'objet technique intelligible dans sa dimension idéologique et sociale et de le placer au sein de débats publics et de réflexions critiques aujourd'hui nécessaires à toute participation démocratique.


    Placé sous la direction conjointe d'un enseignant de la discipline et d'un spécialiste en humanités numériques, l'élaboration du mémoire effectué dans la discipline du Master devrait conduire, dans sa composante théorique et/ou au niveau des outils de recherche, à une problématisation de questions relatives au numérique. A la connaissance technique de l'objet et la déconstruction réflexive qui doit l'accompagner s'ajoute un niveau épistémologique portant sur les fondements conceptuels, cognitifs et normatifs des savoirs de la culture numérique. Ce niveau épistémologique opère une mise à distance des connaissances engagées dans la maîtrise et la compréhension des enjeux liés au numérique, tout en s'articulant étroitement avec une dimension plus pratique : afin que l'étudiant puisse avoir conscience des possibilités et limites offertes par les technologies à disposition avant d'entamer sa recherche, des cours introductifs sont proposés afin de poser des bases communes en épistémologie et en histoire de la culture numérique, ainsi qu'en informatique pour les sciences humaines (archivage, organisation et visualisation des données, etc.).


    Au niveau des compétences en termes de théorisation des enjeux de la culture numérique, les objets d'étude ou corpus privilégiés favorisent l'examen des spécificités induites par les technologies numériques sur le plan des conditions de production, de diffusion et de réception/consommation des textes (factuels, littéraires, scientifiques, etc.), des sons (voix, musique, etc.) et des images (picturales, photographiques, télévisuelles, cinématographiques, cartographiques, bédéiques, vidéoludiques, etc.). Il s'agit notamment d'élaborer des concepts visant à penser la constitution, la circulation et l'appréhension des savoirs et des productions médiatiques au niveau des pratiques langagières ou des modes de représentation, des conditions d'archivage et d'accès, des modes de communication et de mise en réseau (réseaux de chercheurs ou échanges sociaux courants), des relations entre potentialités de la machine et création/diffusion des contenus, mais aussi au niveau des incidences sur les pratiques de la recherche académique, des relations de pouvoir instaurées par ces pratiques « globales » ou par un contexte géopolitique particulier, etc.


    L'apport respectif des sciences humaines et des sciences sociales est à la fois distingué et problématisé dans une perspective interdisciplinaire, mais aussi pensé en termes de convergences, notamment au niveau de l'analyse des médias - et plus généralement de l'étude de l'industrie culturelle -, envisagée d'une part en regard de la forme des messages transmis (régime de visualité, architecture narrative, interaction texte-image-son, caractère participatif de la « lecture »), de l'autre au niveau des pratiques et acteurs sociaux (recherche, éducation, modalités d'engagement et de participation des acteurs,...).


    Les diverses approches proposées par ce programme Master sont inscrites dans une histoire « longue » permettant de relativiser les discours de l'industrie sur la nouveauté grâce à une approche héritée notamment de l'archéologie des médias et favorisant la prise en compte de parentés et transitions entre la culture numérique actuelle et l'ère pré-numérique. L'approche historique et historiographique porte à la fois sur la rencontre entre les sciences humaines et sociales et l'informatique en tant que moment historique dont il importe que l'étudiant saisisse les positionnements qu'elle induit, questionne les discours émis à son propos dans différents secteurs, dégage continuités et filiations et mesure les éventuelles implications des changements de paradigmes. Une réflexion historique sur la culture (pré)numérique et l'étude des discours et des imaginaires relatifs aux rapports entre l'homme et la machine vise notamment à décentrer le propos technocentriste de l'industrie pour aborder ces questions à l'aune de catégories qui, préalablement développées en sciences humaines et sociales, sont appliquées aux humanités et aux cultures numériques.


    Les connaissances acquises dans le champ des humanités numériques constituent un atout sur le marché du travail dans de nombreux secteurs, qu'il s'agisse de la recherche (numérisation, gestion et analyse des données, inventaire, transmission des résultats, édition, prise en compte de la culture numérique elle-même et des productions qui en sont issues comme objets de recherche, etc.), de l'édition, de la publicité, de la communication, du journalisme, des institutions de conservation du patrimoine (collecte, catalogage, visibilisation, musée virtuel, etc.), des arts, de la médiation culturelle, de l'enseignement (outils pédagogiques, transmission d'une conscience citoyenne, formation aux « MITIC »), de la psychologie (collecte et traitement de données résultant d'enquêtes, maîtrise des enjeux des réseaux sociaux, question d'identité personnelle et culturelle) et de la sociologie (analyse des pratiques sociales d'Internet et de la publicité, instruments de mesure et de comptabilisation, usages de l'histoire par les technologies de l'information, communication et constitution d'une mémoire collective, sociologie des Big Data, usages sociaux des jeux vidéo, modalités de participation publique, transformation des conditions de travail, etc.).


    Dans une optique à la fois interdisciplinaire et intermédiale, ce programme Master permet de compléter les enseignements de diverses disciplines en développant des compétences et des savoirs qui sont en prise avec la composante technologique inévitablement associée aux domaines professionnels auxquels conduisent de nos jours les sciences humaines et sociales, et qui prédisposent l'étudiant, en tant que citoyen, à appréhender, conceptualiser et exploiter les mutations futures.



    Objectifs de formation


    Au terme de ce programme, les étudiants seront capables de :


    Connaissance et compréhension

    • définir et contextualiser les principaux concepts ayant cours dans le champ des humanités numériques,

    • identifier les spécificités sémiotiques, économiques et culturelles des médias numériques.


    Application des connaissances et de la compréhension

    • expliquer les enjeux culturels, sociaux et politiques de la culture numérique et interpréter les phénomènes relatifs à celle-ci,

    • recourir à divers langages et outils informatiques pour le traitement de problématiques propres aux sciences humaines et sociales,

    • définir les critères méthodologiques nécessités par la gestion de grands corpus (textes, images et sons),

    • mettre en perspective les mutations culturelles relatives aux technologies numériques, notamment en les inscrivant dans une histoire longue des médias et en les rapprochant de transformations techniques antérieures.


    Capacité de former des jugements

    • formuler un discours personnel, informé et critique à l'égard de l'application des technologies informa-tiques dans le champ académique et dans la société,

    • analyser à partir de cadres de références théoriques et de connaissances historiques les pratiques, dis-cours et productions médiatiques de la culture numérique,

    • évaluer l'apport et les limites de l'usage d'outils informatiques dans le cadre de problématiques issues des sciences humaines et sociales.


    Savoir-faire en termes de communication

    • transmettre un discours susceptible de contribuer à la problématisation publique d'enjeux techniques com-plexes,

    • collaborer avec des professionnels de l'informatique au sujet de l'utilisation des technologies numériques dans un contexte de recherche ou de communication,

    • collaborer avec des acteurs du domaine de l'art et de la culture autour de projets liés à la culture numé-rique.


    Capacités d'apprentissage en autonomie

    • élaborer un projet personnel mobilisant notamment des savoirs et savoir-faire en informatique,

    • développer l'aptitude à acquérir de nouvelles compétences informatiques de manière autonome.



    • Programme commun 'Cultures, sociétés et humanités numériques' - M29681 - Obligatoire - Crédits: 60.00

      Niveau : Maîtrise
      • Enseignements introductifs - M29682 - Obligatoire - Crédits: 30.00

        Niveau : Maîtrise
        Description : La partie « Enseignements introductifs » est composée de deux modules obligatoires, MA-INTERFAC-CSHN-10 « Introduction à l'informatique pour les sciences humaines et sociales » (15 crédits) et MA-INTERFAC-CSHN-20 « Introduction aux cultures, sociétés et humanités numériques » (15 crédits).
        • Introduction à l'informatique pour les sciences humaines et sociales - M29026 - Obligatoire - Crédits: 15.00 - Mode d'évaluation: Evaluation à crédits

          Code : MA-INTERFAC-CSHN-10
          Niveau : Maîtrise
          Description : Le master accueillant des étudiant·es avec un niveau d'informatique très variable, il est possible de se faire dispenser d'un enseignement du module CSHN-10 dont les compétences sont déjà acquises. Dans ce cas, le nombre de crédits doit tout de même être obtenu en choisissant une offre de cours alternative parmi l'ensemble des options du master, validée par l'enseignant. Aucune équivalence ne pourra ainsi être accordée pour des enseignements déjà suivis dans un autre cursus.



          L'étudiant s'inscrit aux enseignements obligatoires du module et remplit les conditions fixées pour les évaluations qui leur sont associées.

        • Introduction aux cultures, sociétés et humanités numériques - M29027 - Obligatoire - Crédits: 15.00 - Mode d'évaluation: Evaluation à crédits

          Code : MA-INTERFAC-CSHN-20
          Niveau : Maîtrise
          Description : L'étudiant s'inscrit aux deux enseignements introductifs obligatoires du module et se présente aux évaluations qui leur sont associées. Il s'inscrit également à l'enseignement « Théorie de la culture et des médias » et remplit les conditions fixées pour l'évaluation qui lui est associée.


          Attention : dans ce module, les enseignements peuvent être proposés par plusieurs Facultés. Il est indispensable de se renseigner sur les règles, délais et procédures en vigueur dans la Faculté concernée par le/les enseignement(s) choisi(s) en ce qui concerne l'inscription à l'enseignement et à l'évaluation correspondante.

 

Baccalauréat universitaire ès Lettres, Histoire (Dès 2019A) (2019 ->)

Description :

Les crédits indiqués sont des crédits ECTS.


Les crédits pris en compte pour le calcul de la réussite sont les crédits sur évaluations. Les crédits sur enseignements sont proposés à titre informatif, dans le but d'indiquer la répartition de la charge de travail relative à chacun des enseignements prévus au programme.


Les enseignements et évaluations sont regroupés dans des ensembles appelés étapes, modules et sous-modules. En fonction de sa structure, un plan d'études peut comporter ces trois niveaux ou n'en compter que deux, voire qu'un seul.


Présentation de la discipline


Le plan d'étude en histoire englobe les périodes historiques allant de l'Antiquité à l'époque contemporaine, avec un accent mis sur l'histoire suisse et le monde alpin dans une perspective internationale, de même que régionale, sous l'angle politique, institutionnel, social, économique, culturel et religieux. Son contenu intègre la recherche dans l'enseignement, la majorité des sujets de cours-séminaires au programme étant objet des recherches des enseignants concernés. Si les thématiques enseignées changent d'année en année, le plan d'études met invariablement l'accent sur l'histoire comme discipline et les conditions dans lesquelles elle se fait.


Il s'agit moins de consommer des connaissances historiques que d'apprendre à faire de l'histoire. Les savoir-faire, tels que décrire, analyser et commenter, introduits dès le propédeutique, sont progressivement développés pour amener l'étudiant, au terme du BA, à une première étape de leur maîtrise. L'accent mis sur les spécificités du travail de l'historien se traduit dans des formules didactiques spécifiques et innovantes, en partie soutenues par le FIP (Fonds d'innovation pédagogique) de l'UNIL : séminaires dans les archives, travail sur des bases de données etc. L'apprentissage par problèmes constitue une composante essentielle des méthodes pédagogiques de la section d'histoire.


Dans les séminaires d'histoire (médiévale, moderne ou contemporaine), les étudiants sont amenés à maîtriser la recherche et l'organisation d'une documentation pertinente, riche et diversifiée, ainsi que le traitement analytique et critique de sources primaires de nature diverse. Sur cette base, ils élaborent un texte cohérent, respectant les usages scientifiques, auto-réflexifs et hiérarchisant l'information ; la présentation orale claire et dynamique de leurs travaux permet de soumettre méthodes, hypothèses et résultats à la discussion publique.


En parallèle, le plan d'études prévoit le développement de compétences linguistiques (allemand, anglais, italien et latin en particulier), argumentatives en vue du débat critique, et de compétences plus techniques (paléographie, statistiques, démographie, économie, droit, etc.). Il encourage en outre les étudiants à la lecture de textes de référence dans le domaine élargi des sciences humaines.


Formation en langues classiques
(cf. Règlement d'études du Bachelor ès Lettres, art. 6)


Une formation de base en latin est exigée pour l'admission dans la discipline « histoire ». L'étudiant dont le certificat de maturité ne comprend pas le latin ou qui ne peut attester d'une formation en latin équivalente à celle délivrée dans le cadre du certificat de maturité est inscrit dans un programme de mise à niveau en latin. Pour une partie de cette mise à niveau, le Décanat peut dispenser l'étudiant qui a suivi un enseignement partiel de latin. L'étudiant qui inscrit à son cursus de Bachelor le latin est dispensé de la mise à niveau en latin.


Le programme de mise à niveau doit être réussi au plus tard au moment de l'achèvement du Bachelor. Les crédits liés à ce programme de mise à niveau sont comptabilisés en plus des 180 crédits du Bachelor.

Exigences du cursus d'études :60 crédits ECTS en première partie répartis sur trois disciplines, puis 120 crédits ECTS en seconde partie répartis en deux fois 50 crédits ECTS disciplinaires et un programme à options à 20 crédits ECTS.
Durée :De 6 à 10 semestres, avec possibilité de dérogation, pour le Baccalauréat universitaire ès Lettres à 180 crédits ECTS. 1 crédit ECTS = 25-30 heures d'études
  • Histoire, propédeutique - M32144 - Obligatoire - Crédits: 20.00 - Mode d'évaluation: Evaluation à moyenne

    Niveau : Propé Ba
    Description :



    Résumé des objectifs de formation



    Propédeutique


    Au terme de leur année propédeutique, les étudiants disposeront d'un socle commun de connaissances historiques sur les trois périodes historiques (Moyen Âge, époques moderne et contemporaine). Ils seront aptes à :

    • identifier les informations historiques provenant de divers supports (sources officielles, privées, manuscrites, imprimées, écrites/orales, audiovisuelles, iconographiques) et les mettre en contexte,
    • utiliser les principaux outils bibliographiques et mettre en forme une bibliographie selon les normes de la discipline,
    • identifier des traditions et approches historiographiques,
    • identifier la problématisation d'un objet historique (établissement d'une problématique historique, fondée sur une argumentation ciblée) et formuler les premières ébauches de problématique,
    • élaborer les prémisses d'une approche critique en histoire,
    • rédiger des travaux mettant en oeuvre les caractéristiques rédactionnelles propres à un texte scientifique d'histoire (avec appareil critique ad hoc) et les présenter avec un niveau satisfaisant d'expression orale,
    • lire de la documentation historique en différentes langues (français, allemand, italien, anglais et latin).



    • Enseignements de base en histoire - M32214 - Obligatoire

      Code : BA-HIST-1-10
      Niveau : Propé Ba
      Description : Évaluation de la partie propédeutique : L'étudiant doit se présenter à l'ensemble des évaluations requises pour l'obtention des 20 crédits prévus au plan d'études. La réussite de la partie propédeutique est subordonnée à l'obtention d'une moyenne minimale de 4.0, calculée sur les notes - pondérées par les coefficients - obtenues aux évaluations. Cf. Règlement d'études du Bachelor ès Lettres, art. 23-27.



      L'étudiant s'inscrit à l'enseignement obligatoire « Champs et pratiques de l'histoire » ainsi qu'à un proséminaire optionnel et remplit les conditions fixées pour les évaluations qui leur sont associées.


      Étant donné le lien fort qui unit le cours-TP et le proséminaire, les étudiants suivent, en principe, ces deux enseignements la même année.


      N.B. L'accès au proséminaire n'est ouvert qu'à l'étudiant qui suit parallèlement ou a suivi l'enseignement « Champs et pratiques de l'histoire ».


      Il est fortement recommandé aux étudiants de suivre le cours général d'histoire, offert sur un cycle de trois ans correspondant (BA-HIST-2-1010) aux trois périodes historiques, d'autant plus que la période suivie pendant l'année propédeutique pourra être choisie pour l'un des deux examens du module BA-HIST-2-1010.

 

Maîtrise universitaire en humanités numériques, Sciences sociales (Dès 2016A) (2016 ->)

Exigences du cursus d'études :La Maîtrise universitaire en humanités numériques Lettres (120 crédits ECTS) comprend deux programmes de 60 crédits ECTS: un programme commun en "cultures, sociétés et humanités numériques" (60 crédits ECTS) et un programme correspondant à une discipline choisie parmi celles proposées par les trois facultés partenaires, composée d'une partie d'enseignements (30 crédits ECTS) et d'un mémoire de Master (30 crédits ECTS).

 

Baccalauréat universitaire ès Lettres, Etudes slaves (Dès 2013A) (2013 ->)

Description :

Les crédits indiqués sont des crédits ECTS.


Les crédits pris en compte pour le calcul de la réussite sont les crédits sur évaluations. Les crédits sur enseignements sont proposés à titre informatif, dans le but d'indiquer la répartition de la charge de travail relative à chacun des enseignements prévus au programme.


Les enseignements et évaluations sont regroupés dans des ensembles appelés étapes, modules et sous-modules. En fonction de sa structure, un plan d'études peut comporter ces trois niveaux ou n'en compter que deux, voire qu'un seul.


Présentation de la discipline


Le programme de la discipline est centré sur les études russes. En outre, plusieurs séminaires proposent des enseignements du slavon, du vieux russe et du tchèque, en abordant les problèmes de grammaire comparée des langues slaves. D'autre part, les problèmes d'histoire, de civilisation et de linguistique concernant d'autres pays slaves sont régulièrement abordés.


L'apprentissage de la langue russe se fait progressivement, à partir du niveau débutant. Les étudiants se familiarisent avec l'histoire et l'histoire littéraire, ainsi qu'avec la linguistique du russe moderne.


Après deux années d'initiation, deux orientations s'offrent aux étudiants : linguistique et littéraire. Le programme de la première porte sur les aspects diachroniques et synchroniques (linguistiques, culturels et sociologiques) de la slavistique, ainsi que sur l'histoire des idées linguistiques, tandis que celui de la seconde propose l'étude de la littérature et de son évolution dans un large contexte culturel. Les cours et les séminaires réservent une place importante aux études soviétiques et post-soviétiques. Par ailleurs, la section organise de nombreuses activités (expositions, colloques, conférences) et dispose des moyens pour encourager des voyages d'études en Russie et dans les pays de l'ex-Union Soviétique.


 

Exigences du cursus d'études :60 crédits ECTS en première partie répartis sur trois disciplines, puis 120 crédits ECTS en seconde partie répartis en deux fois 50 crédits ECTS disciplinaires et un programme à options à 20 crédits ECTS.
Durée :De 6 à 10 semestres, avec possibilité de dérogation, pour le Baccalauréat universitaire ès Lettres à 180 crédits ECTS. 1 crédit ECTS = 25-30 heures d'études
  • Etudes slaves, propédeutique - M23121 - Obligatoire - Crédits: 20.00 - Mode d'évaluation: Evaluation à moyenne

    Niveau : Propé Ba
    Description : Résumé des objectifs de formation



    Propédeutique



    Au terme de l'année propédeutique les étudiants auront une base commune de connaissances en études russes (niveau A1-A2) et seront aptes à :

    • connaître et appliquer à l'oral et à l'écrit les bases essentielles de la grammaire russe (déclinaisons des parties du discours nominales, conjugaison verbale et aspects des verbes russes, etc.),
    • lire et comprendre le sens des textes simples,
    • réaliser des travaux d'expressions écrite et orale de nature variée,
    • présenter et argumenter un raisonnement en linguistique et en histoire des idées linguistiques,
    • présenter et décrire les grandes lignes de l'évolution de la littérature russe et ses courants les plus importants,
    • situer et décrire les événements historiques marquants liés à la civilisation russe,
    • rédiger des textes écrits en français pour les cours de linguistique, d'histoire des idées linguistiques et de littérature (repérer et analyser les éléments pertinents des textes et des dossiers proposés en cours ; formuler un avis personnel intégrant une réflexion sur les problématiques de civilisation).
    • Enseignements de base en études slaves - M23981 - Obligatoire

      Code : BA-SLAV-1-10
      Niveau : Propé Ba
      Description : Évaluation de la partie propédeutique : L'étudiant doit se présenter à l'ensemble des évaluations requises pour l'obtention des 20 crédits prévus au plan d'études. La réussite de la partie propédeutique est subordonnée à l'obtention d'une moyenne minimale de 4.0, calculée sur les notes - pondérées par les coefficients - obtenues aux évaluations. Cf. Règlement d'études du Bachelor ès Lettres, art. 23-27.



      L'étudiant s'inscrit aux enseignements du module et remplit les conditions fixées pour les évaluations qui leur sont associées.

Unicentre  -  CH-1015 Lausanne  -  Suisse  -  Tél. +41 21 692 11 11  -  Fax  +41 21 692 26 15